Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoire(s) pertuisienne(s) en Vaucluse

Les figures pertuisiennes (Freddy Randon)

Les figures Pertuisiennes.
 
Pour les plus anciens d'entre nous, certains se souviendront sans doute de ces personnages qui arpentaient nos rues pour diverses raisons.

Tout d'abord, je pense à « Toinette »avec son vieux landau d'époque, elle vendait tout le nécessaire pour la couture, c'était une vieille dame fort sympathique. Une autre dame d'un âge certain qui cheminait dans la ville avec une sorte de glacière à la main. Son cri de ralliement était : "Chocolats glacés chewing-gum, bonbons, caramels". Bref, tout un arsenal qui avait le pouvoir de faire rêver les enfants que nous étions. Puis on pouvait rencontrer aussi « Nina » qui parcourait des distances incroyables avec son vélo, elle vendait des toilettes féminines qu'elle transportait dans de grosses valises. Angelin, lui était marchand ambulant de cacahuètes, il signalait son arrivée par un coup de corne de brume qui pendait à son cou.

Plus tard, certains se souviennent encore du célèbre « Mimile » et de son chariot infernal qui créait des embouteillages monstres dans les rues. Il mettait une magnifique poupée (toujours la même) dans son véhicule un peu bizarre pour la faire gagner à la loterie. Lorsqu'il montait la rue Colbert en poussant son chariot, malheur à celui qui klaxonnait pour passer ! Il s'en suivait une avalanche d'injures que je ne citerai pas !

 
Un jour, M. Gaston Laugier, boucher rue de la Tour, voyant que la poupée n'était jamais gagnée, acheta la totalité des numéro et là , le bon "Mimile" fut bien obligé de donner le lot à Gaston.

 
Je crois même que la poupée commençait à avoir les cheveux blancs. Certains se souviendront aussi de notre « Charles » qui changeait d'uniforme selon son humeur du jour et dont le quartier général se situait autour du grand café Thomas. Coco des pattes avec son éternel sac de jute sur l'épaule qui selon la légende enlevait les enfants qui n'étaient pas sages. On pourrait aussi rajouter « Blaise » qui termina ses jours dans un cabanon situé en bordure du chemin des condamines.

Par ce texte je voulais simplement rendre hommage à toutes ces personnes disparues aujourd'hui et qui ont écrit une page de notre histoire.
 
Freddy Randon sur Facebook (Le Pertuisien), octobre 2022.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article